LSN vice-champion de France 2011

Une organisation qui a fait ses preuves, une liste d’inscrits où il ne manque personne et le seul département ensoleillé du week-end : que rêver de mieux pour la première finale du Challenge National, autrement dit le Championnat de France de raids.


La diffusion du road-book dans la semaine précédant la course a, malgré moi, déjà fait monter la pression. Répartition des sections, stratégie de course, réflexion sur les choix sont bel et bien présents dans les têtes avant d’arrivée dans le Vaucluse. Si je reste perplexe sur la répartition qui sera la notre et sur la stratégie de course (partir vite !) que souhaitent adopter mes équipiers, je suis certain d’une chose : leur motivation et leur état de forme sont au top.


Passage chez Toto et Karine pour récupérer les dossards et direction le camping de Bonnieux où nous retrouvons les copains d’Agde et du MUC mais aussi bon nombre d’équipes. Restau/dodo/petit dej et nous voilà sur la place du village de Buoux, sous le soleil. Les 400 Teams sont dans les starting-blocks mais prennent tout de même le temps d’accueillir le petit monde du raid. Comme prévu il ne manque personne, ça en est même impressionnant.


Distribution de la première carte, je fais rapidement mon choix, mais Seb annonce un départ vers le centre du village et rappelle que le tracé spécifié sur la carte est dans 95% des cas le meilleurs choix : tout le contraire de ce que j’imaginais faire. Je demande à Dan, mais déjà le départ est donné. On suit donc la meute. La moitié du peloton coupe dans un verger et l’on doit déjà doubler une flopé d’équipes. Rebelote quand on cherche un passage pour descendre une falaise. Finalement on se retrouve rapidement au alentour de la 5 ou 6ème position. Les Raidlink’s ont fait le choix qui était initialement le mien et ont quelques minutes d’avance. Le rythme est soutenu, on aperçoit devant les équipes Garmin, Lafuma, Chauds Patates, Cap Opale. On termine finalement ce premier trail’O en 1h20 avec les Ardéchois.
Dan et Nico enchaînent sur le VTT suivant prévu en 1h30. Ils reprennent rapidement les équipes de tête en effectuant une navigation fluide et en roulant fort. Ils arrivent au PC avec Lafuma en avance sur les estimations : je suis à peine prêt. Rollers avec Dan : la piste cyclable roule bien et c’est à un bon rythme que nous doublons des équipes n’ayant pas fait toutes les balises optionnelles. Je repars ensuite avec Nico pour un bike and run tout aussi rapide que le rollers surtout quand Nico court à 16km/h, j’ai parfois du mal à le suivre en vélo ! A la transition suivante, Dan annonce qu’il n’a pas récupéré, mais Nico ne préfère pas faire trop de course à pied : on s’en tient à la répartition initiale et je repars donc avec Dan sur un long trail’O. La chaleur se fait sentir et nous sommes tout 2 à la peine. Je fais l’effort pour maintenir un bon rythme, malgré tout l’écart avec les Lafuma s’accentue (7min puis 11min). Une petit CO photo aérienne magnifique vient agrémenter ce joli trail’O. On finit dans un sale état. Nico repart avec Dan en VTT et je vois nos poursuivants défiler : Lafuma Mixte, Quechua, Raidlink’s, Chauds Patates… Les écarts sont faibles et toutes les équipes commencent à sérieusement être marquées.

Je fais l’effort de bien m’alimenter et de beaucoup boire. Lafuma arrivent et prennent le temps de bien préparer la grosse section suivante de VTT avec de nombreuses options. Depuis le début nous savons que cette section sera en quelques sortes le juge de paix de cette première journée. Nico et Dan rentrent avec les Quech, mais une transition plus rapide nous permet de repartir seuls. Une première belle descente où il faut être vigilent à l’orientation et on frise le pire en bas lorsque j’envoie Nico devant sur un chemin pendant que je tourne la carte. Sauf que l’iti que je lui ai indiqué est celui de repli pour les équipes ne passant pas la porte horaire : sprint la carte à la main pour le rattraper et faire demi tour. On laisse 4 ou 5 min sur le coup. Derrière une rude remontée nous attend avec alternance de poussage. Nico a un petit coup de mou, je peux donc faire quelques centaines de mètres devant : c’est bon… On sent qu’on roule bien et je m’applique à être le plus propre possible en orientation. Je lâche le fauve dans une longue descente et le suis plein gaz en tentant d’éviter les cailloux que son vélo soulève. On termine cette longue section en ayant repris près de 10min sur Lafuma. 11min nous séparent des oranges avant l’ultime CO sur carte IOF tracée par Céline Dodin. Je laisse Dan orienter sur le départ afin de me mettre tranquillement dans la carte. Ça semble long mais pas hyper technique : dommage. On enchaîne bien les postes. Le rythme est faible, les jambes sont douloureuses. La nuit tombe et il nous faut maintenant orienter à la lumière des phares. On hésite sur l’ordre des postes et faisons le mauvais choix pour le poste 3. Sylvain de Lafuma fait une belle orientation sans erreur ce qui ne nous permet pas de revenir sur eux comme nous pouvions l’espérer. On finit carbonisé avec un écart de 11min sur la tête.

Lafuma Mixte sont impressionnants et font une course parfaite. Ils pointent 3ème à 9min de nous. Par contre, derrière les écarts se sont creusés sur le gros VTT et les Ardéchois qui sont 4ème pointent à plus d’une heure de la tête, serré avec Quechua, Neuch’Aventure, les Chauds Patates.

Soupe à l’oignon agrémentée de pâtes et au lit pour quelques heures de repos.

Dimanche à 3h30 quand le réveille sonne, on a un peu l’impression de ne pas s’être couché ! on range rapidement le matériel tout en avalant le petit dej pour prendre la direction du chalet Reynard sur les pentes du Ventoux. Là-haut c’est : vent, brouillard, 0°C. Seb nous annonce que c’est bien pire au sommet…

On démarre par une CO IOF à 3, ça part moins vite que la veille et ça me va bien. On se retrouve dans un groupe avec Quech, les Chauds Patates, Lafuma… souvent Rudy ou moi qui sommes devant à l’orientation. Pas mal de précipitation qui génèrent des petites erreurs d’orientation. On passe le sommet du Ventoux battu par le vent et le givre et on amorce la redescente. On laisse filer Lafuma sur la fin.

Je repars ensuite qu’avec Nico sur le VTT suivant. Le début est terrible : à flan du Ventoux avec un vent glacial. J’ai les mains gelées mais Nico me met la laisse pour que je reste dans sa roue. On amorce la descente et je me sens plus à l’aise. Balise 14 : on aperçoit Lafuma devant. On fait un bon bout de la descente ensemble. Je tente de les laisser passer pour éventuellement profiter d’une erreur d’orientation mais ils sont sur leur garde. On rejoint donc le PC suivant ensemble.

Ça repart à 3 pour un VTT’O sur carte IOF. Il y a pas mal de sentiers et faut s’appliquer dans le cheminement. Ils sont plus à l’aise lorsque la pente s’accentue mais ils ne prennent jamais d’avance pour nous avoir à l’œil. Je tente encore de les laisser choisir leur iti mais sans jamais les piéger vraiment. Sur la fin du VTT une longue remontée sur la route leur permet de prendre quelques minutes d’avances. Je commence à me résoudre au fait que l’on ne pourra aller chercher la gagne.

On enchaîne sur le trail’O avec via corda toujours à 3. Dan et moi sommes bien cuits alors que Nico, en pleine bourre, nous motive et met le rythme. Via corda dans les Dentelles avec un bon vent mais aussi une vue splendide, et l’on revient par le chemin vers le parc VTT. Dan ne se sent pas d’enchaîner le dernier VTT, il n’a pas réussi à s’alimenter. Je repars donc avec Nico. Je suis soudé et j’ai un peu perdu la hargne de me faire mal : bien compris que ça ne sera pas la première marche. Nico sort l’élastique et me traîne jusqu’à l’arrivée.

Dan nous attend pour finir tous les 3 ensemble. Un peu de déception, certes, mais on a tout de même fait une sacré course, toujours à la bagarre en jouant avec nos forces. Seconds ça reste, vu le plateau de départ une super perf, mais quand on est si proche c’est rageant… Vrai que quand Quechua, Raidlink’s, les Chauds Patates, Garmin arrivent on réalise que l’on a tout de même fait du bon raid.

En tous cas, on peut dire que les copains de 400 Teams ont fait un sacré boulot : parcours, paysages, cartes, road-book, postes… je crois savoir qu’ils y ont passé du temps mais ça valait vraiment la peine : c’était génial ! Merci !!
Un grand merci également à Dan et Nico avec qui je prend toujours autant de plaisir à courir. Nico, qui j’espère simulera un jour un coup de mou afin que je lui colle l’élastique une fois avant que j’arrête les raids et Dan égal à lui-même : toujours en train de râler, de souffler mais qui ne lâche rien et qui sait rester lucide quand c’est important. Enfin merci à Audrey qui a pris sur elle tout le week-end car ce n’est pas l’envie qui lui manquait d’être à notre place dans la verte.

J’espère que Oli, Will et Juju nous feront un résumé de leur course car je crois qu’ils ont vécu de grands moments durant le week-end…